Lexus RX 450h F Sport 2017 : l’étonnant VUS hybride

Lexus RX 450h F Sport 2017 : l’étonnant VUS hybride

{u'fr': u'Essai routier du Lexus RX 450h F Sport 2017'}

Au départ, je ne pensais vraiment pas aimer le Lexus RX 450h 2017. Je suis quelqu’un de passionné qui aime beaucoup plus conduire une vieille BMW 2002 tii que le tout dernier bolide M de BMW, par exemple, alors ce VUS de luxe hybride — qui fait partie de la gamme de modèles la plus vendue d’une marque historiquement non réputée pour les sensations de conduite — n’est pas le genre de véhicule qui est censé m’exciter. 

C’est peut-être parce que je vieillis et que je suis nouvellement papa. Peut-être parce que mon cerveau apprend à mieux résister aux envies de mon cœur. Il se pourrait aussi que, malgré tous mes préjugés, le RX 450h soit réellement une très bonne machine en fin de compte.

Un bel exemple de style
L’une des principales raisons qui me font sentir comme ça, c’est le superbe design de ce Lexus, surtout en version F Sport. Oui, la calandre en forme de sablier apparaît ici dans son expression la plus percutante, mais elle s’agence bien avec les phares de même que les feux de jour à DEL disposés à la manière d’un bâton de hockey. N’oublions pas les phares antibrouillard d’allure agressive, les nombreuses lignes de relief sur les côtés, les jantes de 20 pouces au fini teinté (il y en a des vraiment futuristes en option) et le design des montants arrière qui crée une illusion de toit « flottant », comme sur le Nissan Murano. Quelques passants m’ont dit que, sous certains angles, le Lexus RX n’a pas du tout l’air d’un VUS, mais plutôt d’une familiale sport. 

Et vous savez quoi? Le passionné que je suis adore la calandre en question. Plusieurs diront que Lexus veut trop en faire, mais j’applaudis la marque pour ses efforts de donner un look plus racé à l’un de ses modèles populaires. Les lignes du RX 450h 2017 nous prouvent que ce véhicule n’entend pas à rire; on le dirait quasiment sorti d’un film de 2025! C’est l’un des designs les plus frappants que Lexus nous ait offerts. À l’instar de Volvo, elle aussi réputée pour son esthétique conservatrice, Lexus agit maintenant comme chef de file dans le domaine.

Un vrai Lexus à l’intérieur
Le défi quand on tente des choses aussi radicales, c’est de ne pas choquer les nombreux fidèles de la marque qui préfèrent une approche plus classique. Je ne suis pas de ces gens-là, mais je peux les comprendre. L’éclatante peinture Rouge matador de mon modèle d’essai risque de ne plus être aussi à la mode dans 3-4 ans. L’argent, le gris ou le noir, par contre, résistera toujours à l’épreuve du temps et on ne s’en tannera jamais.

Ceci dit, peu importe la couleur choisie, vous apprécierez certainement l’autre aspect qui fait la renommée de Lexus depuis toujours : un habitacle raffiné, spacieux et doté de matériaux de qualité.
Si le RX 450h affiche les proportions d’une familiale sport, à l’intérieur, il a tout le cachet d’un VUS. La banquette arrière est particulièrement digne de mention, elle qui offre un généreux dégagement au niveau de la tête et des jambes, même pour les plus grands passagers. Ajoutez à cela un vaste toit ouvrant à 2 panneaux et vous obtenez un environnement aéré, même pour les occupants avant. 

Ces derniers profitent d’assises chauffantes et ventilées à 3 réglages, de dossiers inclinables à commande électrique, d’un volant chauffant, de la recharge sans fil pour appareils mobiles et de l’un des plus grands écrans multimédias (12,3 pouces) sur le marché. Son logement asymétrique est un peu bizarre, mais j’imagine que Lexus a voulu refléter d’une certaine façon le style branché de l’extérieur. 

Ah, j’oubliais : le conducteur dispose d’un affichage tête haute et d’une instrumentation hyper cool dans laquelle le cadran principal se déplace à gauche ou à droite selon l’information qu’on désire retrouver. Ce n’est pas 100 % numérique, mais presque.

Il y a quand même certains problèmes dans le Lexus RX 450h 2017. Par exemple, le tableau de bord est tellement profond qu’il fausse un peu nos points de repère à l’avant, la position de conduite est un tantinet trop haute à mon goût (mais idéale pour bien des acheteurs de VUS et de multisegments, je suppose), tandis que le système d’infodivertissement contraste avec le décor raffiné et moderne par son infographie démodée et son utilisation frustrante. Cette version-ci comprend un levier (d’autres ont un pavé tactile) et le curseur à l’écran n’obéit pas toujours bien à nos commandes.

Heureusement, on n’a pas besoin de s’en servir pour jouer avec le système de son, car il y a des boutons juste en dessous de l’écran qui font très bien l’affaire. C’est un excellent système ambiophonique Mark Levinson à 15 haut-parleurs et, peu importe si vous écoutez la radio AM/FM, SiriusXM ou des chansons via Bluetooth, le son reste toujours clair et de grande qualité.

Un hybride qui a du cœur au ventre
Considérant tout ça, on pourrait croire que la conduite a été reléguée au second plan, mais c’est faux. Sur la route, le Lexus RX 450h 2017 démontre plusieurs belles qualités qui vont au-delà du roulement doux typiquement associé aux véhicules de Lexus.

La lettre « h » et l’emblème bleuté sur la calandre indiquent la présence du système hybride de Lexus, qui génère ici une puissance combinée de 306 chevaux et un couple de 247 livres-pied. Il faut bien faire grimper un peu le régime du moteur pour obtenir des résultats convaincants (6 000 tours/minute pour la pleine puissance et 4 600 pour le couple), mais j’ai quand même été impressionné par les accélérations. Le RX possède un bon gabarit, mais il se veut plus agile et fringant que par le passé. 

En plus de procurer un roulement ultra confortable en ville, le RX 450h possède des réflexes plus aiguisés en version F Sport 3 via sa suspension adaptative et ses 2 modes sport (Sport et Sport +) qui modifient les réglages de l’accélérateur et de la boîte de vitesses. Ça reste une CVT, cependant, alors ne vous attendez pas à des miracles. Au moins, Lexus fait des efforts pour plaire aux amateurs de conduite. D’ailleurs, il y a aussi des palettes au volant pour nous permettre de faire le travail manuellement.

Juste sous la molette de sélection du mode de conduite, on retrouve 2 boutons, dont un qui contrôle le mode électrique. Celui-ci n’est pas disponible n’importe quand; l’état de la batterie est le principal facteur qui décide. Le véhicule nous le fait savoir en l’indiquant en grosses lettres, par exemple quand on roule trop vite pour le mode électrique. Une fois activé, par contre, le système essaie de faire travailler uniquement le moteur électrique sur une plus longue période de temps. Pour vous donner une idée, avec une batterie pleinement rechargée, le RX 450h peut filer à plus de 50 km/h sans brûler de l’essence, ce qui rend bien sûr sa conduite encore plus silencieuse et écoénergétique. 

Conclusion
Plus je passais du temps au volant du Lexus RX 450h F Sport 2017, plus je comprenais pourquoi ce VUS est si populaire auprès des consommateurs. La compagnie a réussi à lui donner un superbe look et à le rendre étonnamment agréable à conduire tout en préservant l’espace, le confort et la technologie qui lui ont permis de se tailler une place de choix dans le marché canadien.

Essais routiers et nouvelles Lexus